Introduction sur les Justes

    Les justes, dont les actions constituent des exemples exceptionnels de courage, de générosité et d'humanité sont des phares pour les prochaines générations, justifiant ainsi la devise extraite du talmud et figurant sur la Médaille des Justes :

<< Quiconque sauve une vie sauve l'Univers tout entier>>.

Qui sont les Justes parmi les Nations ?

Certains sauveteurs furent des hommes d'église qui considéraient la résistance au nazisme et l'aide aux juifs victimes du génocide nazi comme un impératif religieux. D'autres étaient animés des idéaux humanitaires, d'autres encore révoltés par ce que leurs fonctions pouvaient les amener à commettre, comme de nombreux policiers ou gendarmes. Certains fonctionnaires et diplomates ont reçu eux aussi le titre de Juste parmi les nations : Angelos Evert, qui directeur de la police d'Athènes pendant l'occupation allemande de cette ville, Paul Gruninger, commandant de la police suisse de Saint-Gall, Aristides de Sousa Mendes, le consul général de Portugal à Bordeaux, Carl Lutz, ambassadeur Suisse à Budapest, Sempo Sugihara, consul général du Japon en Lituanie et de nombreux autres pays, dont Raoul Wallenberg, Consul de Suède en Tchécoslovaquie. Des Allemands, militaires ou civils employés dans les pays occupés, ont su dire << non >> aux exactions de leurs dirigeants, méritant ainsi, au péril de leur vie, le titre de Juste parmi les nations. 

L'hommage aux Justes comme valeur d'exemple :

Yad Vashem estime que l'hommage rendu aux Justes des nations revêt une signification éducative et morale :

                     - Israel a l'obligation éthique de reconnaître, d'honorer et de saluer, au nom du peuple juif, les non-juifs qui, malgré les grands risques encourus pour eux-mêmes et pour leurs proches, ont aidé des juifs à un moment où ils en avaient le plus besoin.

                - Les actes des Justes prouvent qu'il était possible d'apporter une aide. L'argument selon lequel l'appareil terroriste nazi paralysait les initiatives contraires à la politique officielle est démenti par l'action de milliers de personnes de tous les milieux qui ont aidé les juifs à échapper à la Solution finale.

Les personnes reconnues comme telles reçoivent la médaille des Justes et un certificat honorifique (remis à un proche en cas de reconnaissance posthume) ; en outre, leurs noms sont inscrits sur le Mur d'honneur du Jardin des Justes à Yad Vashem. C'est la distinction suprême décernée par l'état d'Israel à des non-juifs pour marquer la reconnaissance du peuple juif.

Quels sont les critères pour nommer les Justes parmi les nations ?

Les dossiers permettant d'établir la reconnaissance d'un Juste doivent établir, avec plusieurs témoignages concordants, des faits probants, tels que :

                 - N'avoir recherché aucune récompense ou compensation matérielle en contrepartie de l'aide apportée.

                 - Avoir été conscient du fait qu'en apportant cette aide, le sauveteur risquait sa vie, sa sécurité et sa liberté personelle (les nazis considéraient l'assistance aux juifs comme un délit majeur).

                 - Avoir apporté une aide dans des situations où les juifs étaient impuissants et menacés de mort ou de déportation vers les camps de concentration.

L'aide apportée aux juifs a revêtu des formes très diverses ; elles peuvent être regroupées comme suit :

                 - Aider les juifs à gagner un lieu sûr ou à traverser une frontière vers un pays plus en sécurité, notamment accompagner des adultes et des enfants dans des périples clandestins dans des territoires occupés et aménager le passage des frontières.

                 - Aider un juif à se faire passer pour un non-juif en lui procurant des faux papiers d'identité ou des certificats de baptême (délivrés par le clergé afin d'obtenir des papiers authentiques).

                 - Héberger un enfant ou une famille chez soi, ou dans des institutions laïques ou religieuses, à l'abri du monde extérieur et de façon invisible pour le public. 

                 - Adopter temporairement un enfant juif pendant la durée de la guerre.      

            


Site édité par les élèves de 1ère S1 de l'Institut Familial - V3.0 Copyright WebDeving -- Administration